Safer Sex

Les substances modifient ta perception pendant les rapports sexuels : elles peuvent avoir un effet intensifiant, de détente ou désinhibant. Elles peuvent aussi modifier ton évaluation des risques. Il est donc particulièrement important que tu réfléchisses à quelle stratégie de protection utiliser avant de consommer et que tu en parles avec ton ou ta partenaire sexuel·le.

  • VIH: se protéger avec un préservatif ou avec la PrEP lors de rapports sexuels avec pénétration anale ou vaginale. Si tu as de la peine à utiliser un préservatif lorsque tu es sous influence de substances, la PrEP pourrait être une bonne solution. Comme pour tous les médicaments, la PrEP doit être prise de façon régulière. Mets une alarme sur ton téléphone pour ne pas oublier de la prendre même pendant une longue période.
  • Hépatite C: n’utilise que du matériel propre lors de la consommation de substances. Évite le contact avec du sang, désinfecte les sextoys et utilise des gants lors du « fisting ».
  • Autres infections sexuellement transmissibles (IST) : tu ne peux pas te protéger de manière sûre contre la syphilis, la chlamydia et la gonorrhée, même avec des préservatifs. La meilleure des stratégies est de se faire régulièrement dépister. Toutes les possibilités de dépistage sont disponibles sur get-tested.ch/fr. Si elles sont diagnostiquées rapidement, les IST peuvent être bien traitées.

 

Relation sexuelle non protégée

Si tu as eu des rapports sexuels avec pénétration vaginale ou anale sans préservatif et sans PrEP, tu as pris le risque d’une infection par le VIH. Pendant les six prochaines semaines, applique les règles du « safer sex » et fais ensuite un test VIH. Tu trouveras toutes les informations sur comment et où te faire dépister ici : www.get-tested.ch/fr/.

Cependant, les personnes qui ont des relations sexuelles peuvent toujours contracter d’autres IST. Tu ne peux pas te protéger contre les IST, même avec des préservatifs, car celles-ci se transmettent par le contact avec les muqueuses, par des zones de peau infectées ou par les fluides corporels. Une transmission est également possible avec du sexe oral, par des sextoys, par une masturbation mutuelle ou avec des baisers.

C'est pourquoi il est dans tous les cas recommandé de se faire dépister régulièrement contre les IST les plus importantes si on change de partenaire sexuel. Si tu as des symptômes, contacte immédiatement un professionnel de la santé.

Avoir des rapports sexuels sans moyen de contraception (tel que le préservatif ou la pilule) comprend également un risque de grossesse non planifiée. La pilule du lendemain est disponible dans toutes les pharmacies. Tu peux l’obtenir même si tu n'as pas encore 16 ans.

 

Sexe et consentement

Les substances repoussent tes limites lors des rapports sexuels :

  • Clarifie au préalable avec toi-même et avec ton/ta partenaire sexuel·le ce que tu attends des relations sexuelles sous l’influence de substances. Discutez avant d’avoir des rapports sexuels pour définir quelle substance vous voulez consommer et en quelle quantité.
  • Ne consomme qu’en présence de personnes en qui tu as confiance aussi en étant sobre. Dis à ces personnes quand tu consommes et quelle substance tu prends.
  • Ne consomme que de telle sorte à pouvoir encore prêter attention aux signaux de ton/ta partenaire sexuel·le. Renonce aux rapports sexuels si tu n’en es plus capable.

Ce n’est que si chacun·e fait attention à l’autre que les rapports sexuels sous substances peuvent avoir lieu sans dépasser des limites, sans violence et sans situation blessante. Prends en considération les règles de consentement.

Le consentement, c’est donner son accord de manière active. Il doit être exprimé librement, clairement, de manière autonome et spécifique. Tu n’as pas le droit d’avoir des relations sexuelles avec une personne qui ne peut pas donner son consentement parce qu’elle est défoncée, endormie ou confuse.

Toute personne a le droit de révoquer son consentement à tout moment. Une personne qui accepte d’en embrasser une autre ne donne en aucun cas son consentement pour d'autres actes sexuels. Ceci vaut autant pour les partenaires occasionnel·le·s que pour les partenaires sexuel·le·s de longue date.

 

Substances avec potentiel de risque élevé

Alcool
Comportements à risque élevé à cause de l’effet désinhibant et de la surestimation de soi. La consommation d’alcool est couramment mise en cause lors de rapports sexuels non protégés!

GHB/GBL
Comportements à risque élevé à cause de la perte des inhibitions et de l’hyper sensualité. Parfois, le GHB/GBL est donné à l’insu de la personne dans le but d’abuser d’elle (gouttes K.O.).

Popper
Comportements à risque élevé en raison de l’effet stimulant, euphorisant et aphrodisiaque, et de l’insensibilité à la douleur.

Kétamine
Comportements à risque élevé à cause de l’effet anesthésiant et de la perte du sens de la réalité.

Crystal (méthamphétamine)
comportements à risque élevé en raison de l’effet excitant et aphrodisiaque, et de la surestimation de soi.

Cocaïne
comportements à risque élevé à cause de l’effet désinhibant et de la surestimation de soi.

Attention!

Il y a encore d’autres substances qui ne sont pas nommées ici et qui peuvent favoriser les comportements à risques!