La famille 2C-X appartient au groupe de substances des phényléthylamines. Le 2C-B (4-bromo-2,5-dimethoxyphenethylamine), aussi appelé nexus, est le dérivé le plus connu des 2C-X.

  • Groupe

Psychédélique

  • Aspect

Le plus souvent sous forme de pilules ou de poudre.

  • Modalités de consommation

Par voie orale ou nasale.

  • Dosage

Dépend du dérivé. 2C-B : par voie nasale de 2 mg à max. 20 mg, par voie orale de 5 mg à max. 50 mg[1]. Les dérivés 2C-X ont déjà des effets avec une petite quantité. Une différence de 2 mg de plus ou de moins peut jouer un rôle décisif. Il faut donc s’approcher petit à petit du dosage personnel adéquat.

 

[1] https://www.chemie.de/lexikon/2C-B.html

 

Les perceptions et les sentiments deviennent plus intenses, légère euphorie, les désirs sexuels peuvent augmenter. À partir de 15 à 20 mg (sniffé à partir de 10 mg), l’effet prend plutôt un caractère hallucinogène[1]. Les frontières entre le monde intérieur et extérieur s’estompent. On perçoit souvent des formes colorées, fugitives et des champs lumineux autour des objets et des personnes. Un couplage entre la vue et l’ouïe peut se produire en lien avec la musique (synesthésie).

Tous les dérivés de la famille 2C-X ont des effets similaires. Ils se différencient néanmoins dans la durée des effets et le dosage.

  • Début des effets

Avalés après 30 à 60 min, sniffés après 5 à 10 min.

  • Durée des effets

2C-B : env. 4 à 8 heures, 2C-I : env. 6 à 10 heures, 2C-E / 2C-P / 2C-T-7 jusqu’à 16 heures.[2]

  • Effets secondaires

2 à 4 heures (varie fortement en fonction de la dose).

 

[1] http://neuepsychoaktivesubstanzen.de/2c-b/
[2] https://mindzone.info/drogen/2c_b/

Les pupilles se dilatent et la pression sanguine augmente, des crampes, une tachycardie, des crises de panique, des nausées et des vertiges peuvent apparaître. La température corporelle peut varier de manière désagréable entre chaud et froid. Certain·e·s consommateur·trice·s font état de troubles au niveau de l’estomac ou de l’intestin. Dans des cas isolés, de légères réactions allergiques peuvent se produire (toux sous l’effet de la production accrue de mucus). Il y a un risque de désorientation, de confusion et d’anxiété pouvant aller jusqu’à la peur de mourir, surtout à fortes doses.

Les effets apparaissent très rapidement avec une consommation par voie nasale, ce qui provoque de fortes sensations de brûlure dans le nez et peut avoir une influence négative sur le « trip ».[1]

 

[1] http://neuepsychoaktivesubstanzen.de/2c-b/

Risques à long terme

Il n’existe pas d’informations sûres à ce sujet. On peut toutefois supposer que, comme pour les autres psychédéliques, des psychoses latentes peuvent être déclenchées.

  • Les effets des dérivées 2C-X sont liés au « setting ». Les dérivés de cette famille sont peu adaptés au contexte des soirées.
  • Être attentif au « set » et au « setting » : ne consomme des dérivés 2C-X qu’à des endroits où tu te sens à l’aise et en sécurité ; renonce à en consommer si tu ne te sens pas bien ou si tu as des appréhensions face à la drogue.
  • Consomme des dérivés 2C-X uniquement en étant accompagné·e, seulement lorsque tu te sens en bonne forme psychique et physique et que tu as suffisamment dormi.
  • N’en reprends pas, dose prudemment.
  • Bois suffisamment d’eau pendant le « trip » (5 dl par heure).
  • Si tu consommes par voie nasale, respecte les règles du « safer sniffing ». Attention, en fonction de leur forme chimique, les dérivés 2C-X peuvent provoquer des sensations de brûlure dans le nez extrêmement douloureuses.
  • Les personnes souffrant de maladies circulatoires ou cardiaques, ainsi que les diabétiques prennent des risques supplémentaires en consommant des dérivés 2C-X.
  • 2C-D, 2C-E, 2C-H appartiennent au même groupe de substances, mais se différencient en partie considérablement selon la dose et la durée des effets.
  • Les dérivés 2C-X sont souvent vendus sous forme de pilules, ce qui peut entraîner de fausses déclarations et des confusions.
  • Utilise, si possible, une offre de drug checking. Il y a régulièrement de fausses déclarations avec les pilules et les poudres !
  • Fais des pauses de plusieurs semaines dans ta consommation afin de digérer ce que tu as vécu et ne pas développer de tolérance.

Bon à savoir

Mélanges avec un potentiel d’interaction particulièrement risqué

  • La consommation mixte de tranquillisants (alcool, médicaments, kétamine, etc.) et de 2C-B peut provoquer des nausées / vomissements et des états dépressifs.
  • Les inhibiteurs MAO peuvent accentuer ou prolonger les effets du 2C-B. De plus, ce mélange peut provoquer un syndrome sérotoninergique pouvant mettre la vie en danger. Certains antidépresseurs et certaines plantes contiennent des inhibiteurs MAO.[1]
  • MDMA (aussi appelé « nexus flip ») : ce mélange peut provoquer des convulsions.
  • La consommation mixte avec du cannabis peut accentuer les effets du 2C-B et entraîner des pensées paranoïaques.[2]

 

[1] https://www.eve-rave.org/drogen-abc/neue-psychoaktive-substanzen/2c-b/
[2] https://www.setandsetting.de/2c-b/

Catégories de substances