Sous l’appellation de speed, c’est le plus souvent un mélange de caféine et d’amphétamines qui est vendu. Il est rare que le speed ne contienne que des amphétamines et encore plus rare qu’il contienne de la méth­­amphétamine.

Groupe: stimulant

Aspect: poudre ou pâte blanche, beige ou rose, rarement en capsules ou pilules.

Modalités de consommation: le plus souvent avalé ou sniffé, plus rarement injecté ou fumé.

Dosage: puisque les concentrations varient fortement, le dosage est difficile et le risque de surdosage involontaire est élevé (la concentration moyenne d’amphétamines oscille entre 8% et presque 100%!). Des doses supérieures à 25 mg d’amphétamines pures renforcent les effets négatifs; la dose de 50 mg ne devrait pas être dépassée.

Production de noradrénaline, un stimulant produit par l’organisme, renforcement de l’estime de soi par la production parallèle de dopamine. La température du corps s’élève, les sentiments de faim et de fatigue s’estompent, impression d’efficacité accrue, propension accrue à la prise de risques, diminution de la sensibilité à la douleur, euphorie et besoin accru de parler.

Début de l’effet: sniffé après 2 à 10 min, avalé après 30 à 45 min.

Durée des effets: 6 à 12 heures (la décomposition d’amphétamines par l’organisme est difficile).

Effets secondaires: jusqu’à 6 heures

Tremblements, agitation, nausées, accélération du rythme cardiaque, troubles du sommeil, maux de tête, nervosité, irritabilité, perte d’appétit et comportement agressif (surtout en combinaison avec l’alcool). A hautes doses : hallucinations, arrêt circulatoire, attaque cérébrale, troubles au niveau des reins, du foie ou du cœur et pertes de connaissance comateuses. Possible élévation de la température de l’organisme jusqu’à 41 degrés avec risque de déshydratation et coup de chaleur potentiellement mortel. Après la descente: besoin extrême de dormir, faim, humeur dépressive, irritabilité, etc.


Risques à long terme

Une dépendance avec des symptômes psychiques peut apparaître rapidement. La consommation fréquente de speed peut conduire à des carences en calcium (problèmes osseux et dentaires) ainsi qu’à des problèmes psychiques (dépression), un état d’agitation permanente (mais aussi de fatigue permanente), des troubles du sommeil et de la circulation, de l’anxiété et de la paranoïa, pouvant aller jusqu’à la psychose des amphétamines. De plus, hypertension, perte de poids, inflammations de la peau, maux d’estomac, atteintes du foie et des reins et crampes peuvent se produire. Le fait de sniffer attaque les muqueuses et la cloison nasale, l’ingestion orale atteint les muqueuses de l’estomac. La consommation chronique favorise les hémorragies et les attaques cérébrales accompagnées de paralysies subites.

  • Utilise le drug checking, si ce n’est pas possible, sois prudent avec le dosage!
  • Avant d’en prendre demande-toi, combien de temps tu veux rester réveillé! Ne refoule pas ton besoin de sommeil.
  • Pour le speed, la forme de consommation qui présente le moins de risques est de l’avaler.
  • L’amphétamine humide (pâte) doit être séchée avant la consommation, car la pâte contient des dissolvants particulièrement nocifs pour la santé.
  • Mange assez après avoir consommé, pour prévenir la perte de poids.
  • Bois 5 dl d’eau ou de boissons isotoniques par heure.
  • En cas d’usage fréquent, prends des vitamines C et D, ainsi que des sels minéraux (fer, calcium et magnésium).
  • Donne toi du temps pour récupérer, et fais des pauses de plusieurs semaines après la consommation. Les personnes souffrant d’hypertension, de maladies du foie ou des reins, les diabétiques et les femmes enceintes devraient éviter de consommer du speed.

Attention en cas de mélange!

Catégories de substances